Carte géologique : Noyant PDF

L’Hôtel de ville de Carte géologique : Noyant PDF en 2018. Probablement d’origine médiévale, la commune de Combrée est, pendant la Révolution, un haut lieu de la chouannerie.


L’activité ardoisière périclitant, la commune peine à retenir ses habitants dans les années 1970 jusqu’à l’abandon de l’exploitation en 1982. La commune est située à 14 kilomètres à l’ouest de la sous-préfecture Segré, et à l’est à la même distance de Pouancé, le chef-lieu de canton. Au niveau géologique, la commune se trouve sur un terrain schisteux, de formation silurienne provenant du massif armoricain. Le territoire de Combrée s’étage le long d’une ligne de crête et descend dans les vallées de la Verzée et du Misengrain. Au nord, Bel-Air de Combrée et la forêt d’Ombrée s’alignent sur la partie culminante de l’unique ligne de crête traversant la commune, que suit la route départementale 775 depuis Pouancé.

La commune est traversée d’ouest en est par la Verzée, rejointe par plusieurs ruisseaux coulant le long de la dénivellation, du nord au sud. Parmi ceux-ci, le ruisseau de Gagné, qui forme le plan d’eau de Combrée. Plus à l’est, le ruisseau de Malaunay rejoint également la Verzée. Au nord, dans la forêt d’Ombrée, on trouve plusieurs points d’eau, correspondant aux anciens aménagements d’extraction d’ardoises. Haut-Anjou et Combrée sont en deuxième ligne. Le réseau Anjou bus permet plusieurs arrêts sur les deux agglomérations qui composent la commune. La commune est composée de deux bourgs.

Combrée constitue le bourg historique avec la mairie. Le bourg de Bel-Air de Combrée, appelé localement Bel-Air, est le bourg le plus peuplé, issu des anciennes ardoisières situées aux abords de la forêt d’Ombrée. Il est situé à 4 km au nord-est du bourg de Combrée. La première mention de la paroisse en 1072 la désigne sous le nom de Ecclesiam de Cumbreia. En 1125, elle est également mentionnée comme Aecclesiam Combreii et Ecclesia Combreii.

En 1374, le nom évolue en Combreya. Seule une unique hache en pierre retrouvée sur le territoire de la commune permet de témoigner du passage de populations préhistoriques. De la période antique, seule une quinzaine de monnaies ont été retrouvées. Maurice de Vergonnes la tient en fief de la terre de Vern, et donne l’église à l’abbaye Saint-Serge d’Angers.