Du Goître et du crétinisme PDF

Cet article est une ébauche concernant la du Goître et du crétinisme PDF. Le goitre, ou goître, est une augmentation de volume, souvent visible, de la glande thyroïde. Elle est près de quatre fois plus fréquente chez la femme que chez l’homme. Plusieurs facteurs peuvent favoriser l’apparition d’un goitre.


Du Goître et du crétinisme…
Date de l’édition originale : 1864
Comprend : Lettre

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

L’iode est un oligo-élément, constituant obligatoire des hormones thyroïdiennes. La synthèse des hormones thyroïdiennes peut aussi se faire de façon imparfaite par suite d’un déficit enzymatique congénital. Certaines maladies thyroïdiennes provoquent également des goitres : la maladie de Basedow, la thyroïdite de Hashimoto ainsi que d’autres thyroïdites. Un goitre se manifeste par un gonflement de la région antérieure du cou. Différentes classifications définissent différents grades de goitre. 0 : une thyroïde non palpable et non visible. 1 : goitre palpable mais non visible lorsque le cou est en position normale, même si l’hypertrophie de la thyroïde n’est pas visible.

Une scintigraphie thyroïdienne peut se révéler nécessaire pour étudier le fonctionnement de la glande. Spontanément, un goitre peut rester de petite taille ou augmenter de façon régulière et entraîner à terme des signes compressifs. Il peut aussi diminuer de volume comme dans certaines thyroïdites. Un goitre peut en outre devenir toxique en sécrétant des hormones thyroïdiennes de façon excessive, et entraîner alors une hyperthyroïdie. Il peut aussi évoluer vers un déficit en hormones thyroïdiennes. Masque Bûcheron goitreux des dogons, Mali.

Les Grecs anciens utilisaient le terme bronchocele pour désigner toutes les tuméfactions du cou. C, le satiriste romain Juvénal écrit  qui peut s’étonner d’un cou gonflé dans les Alpes ? Zayn al-Din al-Jurjani, a donné la première description de la maladie de Basedow après avoir remarqué l’association du goitre et de l’exophtalmie dans son Thesaurus du shah de Khwarazm, le plus important dictionnaire médical de son temps. Dans les Midlands, en Angleterre, on connaissait la maladie sous le nom de  cou du Derbyshire . L’iode a été découvert plus tard par Bernard Courtois en 1811, à partir de cendre d’algues. La maladie a ensuite reçu le nom d’un médecin irlandais, Robert James Graves, qui a décrit en 1835 un cas de goitre avec exophtalmie.

Aujourd’hui le goitre endémique a pratiquement disparu dans les pays riches, où le sel de table contient de l’iode, mais elle se rencontre encore en Inde, en Asie centrale et en Afrique centrale. Zhonghua Liu Xing Bing Xue Za Zhi. Department of Endocrinology, 1st Affiliated Hospital, China Medical University, Shenyang 110001, China. The Cambridge World History of Human Disease, K. V F H Brauer, H Below, A Kramer, D Führer et Paschke. The role of thiocyanate in the etiology of goiter in an industrial metropolitan area  Eur J Endocrinol. Organisation mondiale de la santé, Demander à l’expert – La carence en iode peut-elle réellement provoquer des lésions cérébrales ?