Eloge de la philosophie en langue française PDF

Sauter à la navigation Sauter à eloge de la philosophie en langue française PDF recherche La poésie française constitue une part importante de la littérature française depuis les origines de la langue à l’époque carolingienne jusqu’à aujourd’hui. Articles détaillés : Poésie médiévale française et Littérature française du Moyen Âge.


« Savions-nous que presque tous nos philosophes endurèrent l’exil, la prison, l’interdit ou la condamnation, une forme d’exclusion ? Qu’ils refusèrent, avec courage, de se plier aux idées dominantes? Qu’ils s’exposèrent à mille risques pour garder leur liberté de penser ? Que leurs vies, aussi diverses que parallèles, garantissent l’authenticité de leurs écrits ? Des mille conflits dont ils souffrirent et dont la France, au bout du compte, tira son unité, si rare parmi les nations, naquirent une multitude d’oeuvres connues ou moins connues, ces milliers de pages d’où fuse un cri, déchirant, de liberté, dont l’allégresse et la gravité distinguent la philosophie écrite en notre langue. » Soutenant ces philosophes qui avancent seuls dans les méandres de la pensée, Michel Serres invite à une randonnée dans l’histoire de la philosophie qui court sur quatre siècles de manière aléatoire. Il s’attarde en chemin sur les mérites de la pensée de Leibniz, de Poincaré, de Rousseau, de Bergson, de Péguy, cherchant à mettre en avant des synergies et des convergences qui dépassent les siècles et la géographie. Il s’interroge aussi sur la langue française, sur son avenir et ses influences sur les modèles de pensée.

Les chansons de geste sont caractéristiques de la littérature médiévale et prennent la suite des grandes épopées de l’Antiquité. Elles sont rédigées en ancien français. Souvent anonyme, son auteur est un trouvère, qui la destinait à être chantée et accompagnée musicalement, devant un public large, populaire ou noble. Les poésies lyriques au Moyen Âge sont de véritables chansons : leurs strophes correspondent à une phrase musicale et un refrain est toujours présent. La poésie médiévale représentative de la littérature courtoise atteint son sommet dans l’art des troubadours.

Les genres poétiques sont : la chanson de toile que les dames chantent quand elles tissent et brodent, la chanson de croisade, la pastourelle où l’on voit des seigneurs courtiser des bergères, le jeu parti représentant un débat sur l’amour. Plus spontanées et naturelles au début, en général, les poésies évoluent vers des formes fixes: la ballade, le chant royal, le rondeau, le virelai. Cherchant à répondre à l’idéal aristocratique, la poésie courtoise aboutit finalement au maniérisme. Apparition de genres lyriques nouveaux : rondeaux, lais, virelais, ballades, chants royaux. Article détaillé : Poésie française du XVIe siècle.

La poésie lyrique occupe de loin la première place avec le rôle majeur joué par La Pléiade, un groupe de poètes humanistes qui veulent égaler les auteurs latins en versifiant en français. En 1549 le manifeste Défense et illustration de la langue française est publié. Poète de cour, il connaît la gloire de son vivant. Défense et Illustration de la langue française, fait preuve d’un lyrisme profond et vrai. La poésie engagée et philosophique tient cependant une place notable.

Moyen Âge avant de développer un art plus personnel, fait de lyrisme et de religiosité. Elle affirme quelques principes communs : goût de la sensualité, des extrêmes, de l’ornementation, du langage à effets. François de Malherbe codifie au début du siècle les règles de la versification et est salué par Boileau qui brille dans la poésie d’idées avec son Art poétique ou ses Satires. Au-delà des thèmes pas toujours novateurs, les poètes romantiques revendiqueront un assouplissement de l’expression versifiée à la recherche d’une plus grande musicalité et de quelques audaces dans les mots et dans les images, chez Victor Hugo en particulier.

Ils préfigurent des recherches plus systématisées comme celle du dadaïsme de Tristan Tzara et après lui du Surréalisme qui confie à la poésie l’exploration de l’inconscient en utilisant des dérèglements rimbaldiens et en bousculant les  assis . Vers 1950 est apparu un mouvement de poètes autour des notions de présence, de lieu. La chanson populaire a de tous temps été à l’origine de textes dont la qualité poétique égalait parfois les meilleures productions des poètes. D’ailleurs la poésie était chantée à l’origine, et la dissociation de la mélodie et du texte peut être imputée à l’imprimerie qui diffusait plus facilement le second. Grâce aussi à ces nouveaux médias venus concurrencer l’imprimerie, l’époque moderne est également marquée par diverses avant-gardes et des créations de poésie expérimentale. Une certitude est bien que la poésie-chanson continue son épopée en bénéficiant d’artistes qui en privilégient l’essence. La poésie demeure un terrain de création de la pensée où celle-ci peut semer des nouveautés qui abordent des sujets quelque peu occultés par le modernisme tels la spiritualité, la philosophie ou plus simplement la solidarité.