Histoire de Vichy PDF

Cet article traite de l’histoire de la ville de Rennes. Carte représentant la localisation des divers peuples gaulois avant la conquête romaine. Les peuples gaulois avant la Conquête. Aucune trace d’occupation humaine datant du Paléolithique n’est histoire de Vichy PDF relever à l’emplacement de la ville actuelle.


Cette nouvelle Histoire de Vichy offre une synthèse intégrant les derniers acquis de la recherche historique. Les grands épisodes, les principaux tournants – replacés dans leur environnement extérieur – font l’objet d’une restitution précise. L’auteur montre aussi comment ce régime, né dans le choc de la défaite, trouve sa préhistoire intellectuelle dans des courants multiformes et dans un état d’esprit propre aux années trente. S’y ajoute une étude du personnel de Vichy, de ses origines, motivations et responsabilités. Cette Histoire de Vichy, fondée sur les sources françaises et étrangères, l’historiographie du sujet et les travaux de l’auteur, cherche avant tout à donner à comprendre.

Condate, ce qui en gaulois signifie  confluent . Ptolémée pour source, Condate est déjà une ville, capitale des Riedones. La ville rouge , le mur étant principalement constitué de briques. Aleth toute sa partie nord-ouest ainsi que son accès maritime. Ces nouvelles limites correspondant à peu près à celles de l’évêché de Rennes ultérieur. Ceux-ci ont considéré que Rennes aurait été prise par Magnus Maximus, le soir même de son débarquement en Gaule, au printemps 383.

Empire romain d’Occident, l’Ouest et le Nord de l’Armorique voient s’installer des Bretons qui donnent bientôt leur nom à la péninsule. Enterré au nord-est de la ville, un lieu de culte se développe rapidement sur sa tombe avant que ne s’y installe un monastère. Charles le Chauve réagit en novembre, amenant son armée jusqu’à Rennes. Les sources divergent sur ce qui advient alors : pour Guy Devailly, Charles s’empare alors de la ville qui est libérée en 845 par Nominoë et Lambert. Le Rennais appartenait alors à la Neustrie. Du côté du Maine, la zone frontière suit, du nord au sud, les cours de l’Airon de l’Ernée et de la Mayenne jusqu’aux environs de Château-Gontier.

En mars 851, Nominoë meurt au cours d’une expédition dans le Vendômois. Son fils et successeur, Erispoë ramène l’armée en Bretagne, où il inflige en août une défaite cuisante à Charles lors de la bataille de Jengland. En 874, Salomon meurt assassiné dans le monastère où il s’était retiré, à La Martyre. Les deux hommes se disputent le trône. Pascweten, au tout début de l’année 876, apprend que Gurwant est mourant et marche sur Rennes avec une armée, incluant un bande de Normands de la Loire.

Durant la bataille qui s’ensuit aux portes de la ville, Gurwant meurt mais ses troupes ont vaincu celles de Pascweten, qui le suit peu après dans la mort. Tous deux s’affrontent d’abord, mais doivent s’allier pour faire face aux incursions des Normands. Après la mort d’Alain en 907, les incursions normandes s’amplifient, provoquant la fuite de la plus grande partie de la noblesse bretonne, ainsi que des moines. Ceux de Saint-Melaine s’enfuient à Preuilly-sur-Claise avec le corps de Melaine après le pillage de l’abbaye en 920. Son fils Conan profite des troubles qui suivent la mort d’Alain en 952 pour s’emparer du titre ducal, étant sans doute couronné dans la cathédrale Saint-Pierre de Rennes. Geoffroy Ier succède son fils Conan II, dont le règne représente le nadir de la puissance ducale. Conan meurt deux ans plus tard sans héritier direct.

Rennes à un fils illégitime de Conan II, Geoffroy Grenonat. Les plus anciens faubourgs connus sont Bourg-l’Evêque et surtout celui qui se développe à l’est de la porte de la Baudrairie dont l’extension jusqu’à l’abbaye Saint-Georges finit par former une Ville nouvelle trois fois plus vaste que la ville enclose. Vilaine servent de refuge en cas d’attaque avant d’être habités de manière permanente: se forme ainsi la Ville basse. Sur le siège épiscopal, c’est un membre de la famille épiscopale, Sylvestre de la Guerche, qui épouse la réforme grégorienne après 1076. Conséquence de cette réforme, de nombreux religieux se détournent des institutions et se font ermites. Bien qu’ayant placé son fils Geoffroy sur le trône ducal en 1181, Henri prend, brûle et reconstruit le château de Rennes l’année suivante.