Léo Ferré, poète insurgé PDF

Si ce bandeau n’est plus léo Ferré, poète insurgé PDF, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Bernard Lavilliers en concert lors du Festival du Bout du Monde le 6 juin 2011.


 » Avec une lucidité affectueuse, sans la moindre complaisance, cet album nous permet de connaître, comprendre et mieux aimé le phénomène Ferré. Il nous raconte Léo, l’homme, l’artiste, l’ami, le personnage avec une sobriété lyrique et une documentation minutieuse : chronologie, citations, détails inédits ; tout est précis et savoureux, bouleversant. On y croise tout ceux, premiers et seconds rôles, qui ont partagé l’aventure de Léo. On y découvre des pans d’une vie foisonnante dont on ne savait que les grandes lignes. On transcende les caricatures et les clichés qui ont réduit cet homme-protée à une icône de rebelle, un imprécateur enragé, un révolté logorrhéique. On mesure la vraie dimension de ce poète-musicien qui visait haut et touchait juste. Grâce à cet ouvrage, le vieux lion qui s’est éteint un 14 juillet – comme pour faire une farce à son anti-patriotardisme – revit intensément le long de ces pages d’une écriture fluide. Je suis très ému par l’idée d’exprimer ce qu’il représentait pour moi.  » Georges Moustak

Il commence la boxe à l’âge de 13 ans. Son éducation joue un grand rôle dans son approche de la musique. Selon l’historiographie officielle, à quinze ans, il fait un séjour en maison de correction. En 1963, il adhère au parti communiste français.

Brésil, d’où il revient un an plus tard. Son premier album, Chanson pour ma mie, sort en 1968, avec en titre son prénom et un énigmatique  Lavilliers , qui deviendra son nom de scène. Il décrit cet album comme le tournant musical de sa carrière. On y découvre en effet un mélange musical allant du rock au funk en passant par les rythmes tropicaux.

Il passe pour la première fois à l’Olympia en octobre 1977. C’est à cette période qu’il rencontre Léo Ferré, un modèle pour lui. En 1979, Lavilliers s’installe à Saint-Malo, achète un bateau et part pour la Jamaïque, puis New York et le Brésil. Il revient alors en France avec l’album O gringo qui reste aujourd’hui un de ses disques les plus célèbres.

Les années 1980 sont des années de gloire pour Lavilliers. En 1981 sort l’album Nuit d’amour qui raconte notamment sa nouvelle vie à Los Angeles et sa rencontre avec Lisa Lyon qui deviendra sa femme. Cet album très noir n’est pas forcément le plus célèbre de sa discographie, bien qu’y figure le titre Idées noires pour lequel il forme un duo avec Nicoletta. En 1984, il sort Tout est permis, rien n’est possible, disque semblant être plus dans la lignée de son travail des années 1970 et notamment les albums 15e Round et Pouvoirs. Jimmy Cliff, Melody Tempo Harmony, qui reste l’un de ses plus grands succès.

En 2001, sort l’album Arrêt sur image dans lequel figure l’hymne ouvrier Les Mains d’or. Toujours inspiré et en constante évolution, Bernard Lavilliers sort en 2004 Carnets de bord, nouvel hymne au voyage. Maldoror, entre la mort et la mer . Sur cet album figurent aussi un duo reggae avec Tiken Jah Fakoly intitulé Question de peau, et une diatribe écologique, État des lieux. Bernard Lavilliers en concert au Festival du Bout du Monde 2011. Fin 2010, Lavilliers sort Causes perdues et musiques tropicales. Le titre de cet album vient d’une discussion avec François Mitterrand dans les années 1980.