La globalisation et les pays en développement. : Marginalisation et espoir PDF

Des groupes de personnes et des individus isolés ont alors cherché à présenter la pédophilie comme une attirance sexuelle acceptable, ou à contester les notions de majorité sexuelle ou d’abus sexuel sur mineur. Cette mouvance la globalisation et les pays en développement. : Marginalisation et espoir PDF’a jamais atteint de reconnaissance durable et notable malgré, dans les années 1970, quelques soutiens médiatiques et politiques de portée limitée. Les discours pro-pédophiles sont notamment apparus aux Pays-Bas, à travers l’activité de personnes comme Edward Brongersma, docteur en droit et sénateur, et Frits Bernard, psychologue. Ils ne parviennent cependant pas à obtenir du COC la création d’un groupe de travail interne sur le sujet.


Ce livre cherche à répondre à la question suivante : quelles sont les chances de pays en développement de tirer des bénéfices de la globalisation ? En effet, ce phénomène incontournable du système économique international a lâché des forces puissantes qui génèrent du dynamisme, mais également de la marginalisation et de l’exclusion. Parmi les premiers à en souffrir, figurent la plupart des pays de l’Afrique sub-saharienne. Pourtant certains pays parviennent à se sortir du cycle de pauvreté, comme par exemple le Botswana, le
Ghana et l’Ile Maurice. D’autres s’enfoncent dans plus de pauvreté, comme la Côte d’Ivoire. Le livre cherche à trouver les causes de cet état de fait. Il présente également un état des pays en développement en ce tournant de siècle.

Ce groupe se définit comme un mouvement visant à  briser les préjugés sur les conséquences des contacts et relations sexuels entre mineurs et adultes, fournir des informations et conseils à ce sujet et mettre en place un programme d’assistance direct . Une maison d’édition du même nom est fondée en 1958, afin de propager les idées du groupe. 1969, en raison de l’évolution sociétale et de la radicalisation de certains discours politiques ou intellectuels, les positions de la NVSH changent. Pays-Bas et de l’Allemagne de l’Ouest.

Le contexte de la révolution sexuelle permet l’apparition d’un militantisme pédophile revendicatif, qui cherche à attirer l’attention des médias pour faire avancer sa cause. Regroupements, pétitions, publications de recherches sont les méthodes les plus utilisées. La pédophilie n’en demeure pas moins condamnée par l’ensemble de la société, comme par les avant-gardes féministes. Justice, il a interrogé et analysé  plus d’une centaine d’adultes pédophiles et environ trois cents enfants et adolescents ayant eu des contacts sexuels avec des adultes .

Parti socialiste pacifiste et par diverses personnalités. Edward Brongersma affirme en 1984 :  Aux Pays-Bas, la pédophilie est discutée objectivement pendant les cours d’instruction des académies de police. Là, tout comme dans les universités, on s’efforce d’en finir avec les préjugés. 1960, de tenir des discours présentant la pédophilie de manière positive. Entretenant dans ses écrits une ambiguïté entre pédophilie et pédérastie, Matzneff n’est pourtant pas attaqué par les médias, et assure même des chroniques dans divers journaux, dont le quotidien Le Monde. Michel Foucault s’oppose, de manière générale, à définir la sexualité sous la forme « contractuelle » d’un rapport qui serait fondé sur le découpage légal entre « consentement » et « non-consentement ». Postuler, dans le cadre judiciaire, qu’un enfant serait par essence non consentant amène à ceci : « On les croit non susceptibles de sexualité et on ne les croit pas susceptibles d’en parler ».

Le Monde et Libération, journaux orientés à gauche, contribuent à la diffusion de ces idées, en publiant des pétitions liées au sujet, des lettres, ou des entretiens avec des pédophiles rapportant leur expérience. Leurs trois ans de détention préventive suscitent une pétition de soutien, signée par diverses personnalités publiques : le texte affirme que les enfants n’ont subi  aucune violence , et qu’ils étaient  consentants , ajoutant :  Si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ? En avril 1979 les éditions Recherches publiaient fous d’enfance – qui a peur des pédophiles ? Le journal L’Express commente en 2001 :  la complaisance de l’époque pour les excès de langage — et parfois d’actes — des militants de la libération sexuelle s’accompagnait d’un véritable aveuglement : l’enfant, croyaient-ils, ne demandait qu’à exprimer sa sexualité, et c’était l’interdit qui constituait un abus sexuel.