LA MEDECINE FAMILIALE PAR LES PLANTES. PDF

Accéder à la LA MEDECINE FAMILIALE PAR LES PLANTES. PDF version de NATUREMANIA. A LIRE AUSSI : Les 10 symptômes de la ménopause. Quels sont les facteurs qui accélèrent le vieillissement ?


Pouvons-nous ralentir les effets de ce processus destructeur ? Ce dossier, extrait du livre  » La méthode naturelle anti-âge « , vous présente un aperçu des théories les plus sérieuses du vieillissement et la synthèse des méthodes écologiques capables de vous aider à lutter contre les effets du temps. Quel que soit votre âge, 30, 50, 70 ou 90 ans, il n’est jamais trop tard pour agir afin d’optimiser la qualité de votre vie et tenter d’éviter ou minimiser les maladies du vieillissement en respectant certaines règles de santé. A la période néolithique, la durée de vie des hommes dépassait rarement 30 ans. L’espérance de vie moyenne actuelle est de 73 ans pour les hommes et de 82 ans pour les femmes alors qu’elle n’était encore que de 45 ans en 1800. Le vieillissement est constitué d’un ensemble de phénomènes qui altèrent progressivement l’ensemble des cellules de l’organisme par une diminution progressive des capacités d’adaptation au stress. Il commence dès la fin de la croissance et de la maturation sexuelle des individus.

Dès notre conception, nous sommes programmés par un code hérité de nos parents : le code génétique, intégré dans notre mémoire cellulaire. Les facteurs programmés sont ceux sur lesquels nous n’avons pas de prise. Raison de plus pour ne pas négliger ceux sur lesquels nous pouvons agir. Elle détermine nos points forts et nos faiblesses, et constitue notre  » terrain biologique « . Des ratés peuvent intervenir pendant leur « photocopie ». S’attaquant aux membranes cellulaires et à l’ADN cellulaire, ils accélèrent le vieillissement et favorisent les mutations.

Les radicaux libres sont des molécules non appariées issues de l’oxygène et de l’azote. Ils constituent de redoutables ennemis intérieurs tenus pour responsables d’un grand nombre de processus dégénératifs, accélérant le vieillissement de nos tissus. Ce système de défense ne peut à lui seul éliminer tous les radicaux libres, et c’est de l’alimentation que doit provenir chaque jour des troupes de renfort : les nutriments antioxydants. La production hormonale de nos glandes endocrines diminue avec l’âge, tant chez l’homme que chez la femme. L’usure physique commence à se faire sentir dès l’âge de 40 ans.

Les attaques des radicaux libres d’origine externe sont prévisibles, donc évitables dans une certaine mesure. ADN, favorisant la dégénérescence cellulaire et la cancérisation, stade ultime du processus. Le manque de sommeil est un facteur d’épuisement nerveux rapide et d’abaissement des défenses immunitaires. La durée moyenne du sommeil naturel doit être de 7 h 30 par jour, plus ou moins 1 h selon les sujets.

L’alimentation industrialisée est carencée en éléments essentiels tels que vitamine A, vitamine C, vitamine E, zinc et sélénium, fibres, et surchargée en graisses nocives pour nos artères. Les additifs chimiques et résidus de traitements des cultures aggravent encore le problème. 1 de l’affaiblissement des défenses immunitaires et des maladies du vieillissement précoce. Les pollutions de l’environnement constituent un « stress » supplémentaire qui s’ajoute à toutes les autres causes évitables. Leurs mutations constantes, et l’affaiblissement de notre système immunitaire sous l’effet conjugué du stress, de la pollution et d’antibiothérapies répétées, associées à une alimentation carencée, prennent notre système de défense au dépourvu. Ils se manifestent par une diminution du tonus, une difficulté de récupération après un effort modéré. Au niveau des muscles et articulations, c’est en général entre 40 et 50 ans que les problèmes articulaires et musculaires commencent à apparaître.

Il s’agit le plus souvent de contractures musculaires, de micro-déchirures, d’entorses, de tassements discaux. Vision : baisse de la vision nécessitant le port de lunettes. Les premiers signes psychologiques se manifestent par une perte de concentration et de mémoire, une baisse du tonus, un changement anormal et brutal de caractère, une baisse de la libido. Les os et les cartilages constituent notre charpente mécanique, l’os assurant la transmission des charges, le cartilage articulaire permettant le mouvement par glissement.

L’os réagit aux forces mécaniques qui s’exercent sur lui. Le cartilage articulaire est à la fois résistant et fragile. Très résistant à la pression, il n’aime pas les chocs qui créent une inflammation locale. Contrairement aux autres tissus organiques, il n’est pas irrigué par des vaisseaux mais uniquement par imbibition à la manière d’une éponge. Il est donc tributaire pour sa nutrition de la bonne circulation générale et locale, les nutriments lui parvenant par des petits pertuis faisant communiquer os et cartilage. Une inflammation secondaire à un choc aura donc pour conséquence de le priver momentanément ou de façon chronique d’éléments nutritifs, accélérant son vieillissement. Les tensions musculaires excessives compressant exagérément ou trop longtemps les cartilages, l’absence de repos, le port de charges trop lourdes déshydratent nos cartilages qui, avec le temps, diminuent d’épaisseur, se craquellent et se désagrègent.

La mobilité, aussi bien articulaire qu’organique, constitue la base de notre santé physique. La souplesse et le maintien de la fonction de notre musculature, de nos tendons, de nos cartilages conditionnent leur longévité, permettant de rester autonome et d’éviter ou retarder incapacité et dépendance de fin de vie. Pendant la croissance, le capital osseux se constitue. Il est très difficile de l’améliorer après. La nutrition des jeunes est donc capitale. Le vieillissement de nos tissus se voit sur la peau et se ressent au niveau de nos différentes fonctions. Les changements sont dus essentiellement à la transformation de nos fibres élastiques et à leur remplacement progressif par des fibres rigides, phénomène connu sous le nom de fibrose.