La Rochelle, entre tours et détours PDF

Ce réseau est exploité depuis le 1er janvier la Rochelle, entre tours et détours PDF par Beauvaisis Mobilités, filiale du groupe Transdev. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Walter Amsallem, et d’ajouts, d’extensions, et de modifications mises en place les trois décennies qui suivent.


Bercée par la mer et abritée au fond d’une baie qu’enserrent les pointes rocheuses des Minimes et de Chef-de-Baie, La Rochelle, par ses célèbres tours, semble dominer la mer des Pertuis, autrefois appelée mer de La Rochelle. C’est une cité qui bouge, qui se donne en spectacle, qui cultive sa notoriété vis-à-vis du monde extérieur.

Le réseau des Transports urbains de Beauvais est à l’arrivée de Caroline Cayeux en 2001 un réseau avant tout fonctionnel, exploité à l’aide d’un parc de véhicules vieillissant. Au cours des années 2000, les TUB s’associent à la ville de Beauvais, au conseil général de l’Oise et au musée départemental de l’Oise pour utiliser les transports en commun comme vecteur d’art. Les livrées  Dell’Arte  accompagnent le renouvellement successif du parc de véhicules jusqu’à la disparition des Transports urbains du Beauvaisis, en 2010. Photo d’illustration du réseau de Vienne.

Les cinq premières années de Corolis marquent la continuité dans la modernisation engagée par l’autorité organisatrice de la prestation du réseau. Cette fermeture entraine la suppression d’une trentaine de rotations sur ces lignes. La même année, la communauté d’agglomération impose à l’exploitant une grille d’évaluation de la qualité de service, avec des critères plus poussés. Cet outil de suivi, basé sur un système de bonus-malus, prévoit des primes ou pénalités pour chaque item pris en compte : la ponctualité, l’entretien des véhicules, la relation avec la clientèle, le confort et la sécurité, et l’information. Par la suite, des travaux de mise en accessibilité incluant la réfection des trottoirs et l’uniformisation de leur hauteur sont effectués sur la majorité des points d’arrêt du territoire beauvaisien. Le réseau créé à la fin des années 70 sous l’impulsion de la première mandature de Walter Amsallem souffrait cependant des ajouts et détours successifs apportés aux lignes afin de desservir de nouveaux secteurs en expansion, allongeant ainsi les temps de parcours sur la majorité des tracés. Bon nombre de modifications, faites au gré des demandes et des besoins ponctuels, font progressivement perdre clarté et efficacité au réseau.