Le cerveau mélomane de Baudelaire : Musique et neuropsychologie PDF

Cette page est en semi-protection longue. Charles Baudelaire par Étienne Carjat vers 1862. Charles Baudelaire est le cerveau mélomane de Baudelaire : Musique et neuropsychologie PDF poète français.


Pourquoi certains sont-ils musiciens et d’autres pas ? Pourquoi certains savent-ils entendre la musique comme des musiciens professionnels, alors qu’ils ne l’ont jamais apprise ni ne jouent d’un instrument ? Pourquoi d’autres, en revanche, n’y entendent-ils rien, malgré tous leurs efforts ? Dans Le Cerveau mélomane de Baudelaire, Bernard Lechevalier nous propose une explication novatrice du fonctionnement cérébral des musiciens et des non-musiciens.
Pour cela, il s’appuie sur le  » phénomène Baudelaire « . Longtemps hermétique à la musique, Baudelaire se prend en effet de passion pour Wagner qu’il défend avec ardeur après l’échec de Tannhâuser à Paris en 1861, devenant alors un mélomane passionné et un très grand critique musical, bien qu’il ne sache pas un mot de musique. Le complément et le prolongement du Cerveau de Mozart, ouvrage de référence.

Bernard Lechevalier est professeur émérite de neurologie et membre de l’Académie nationale de médecine. Spécialisé en neuropsychologie, il a contribué à créer une unité Inserm consacrée à la neuropsychologie, notamment de la mémoire. Organiste titulaire d’une église, il a notamment publié Le Cerveau de Mozart, qui a été un grand succès.

Sa mère, Caroline Dufaÿs, a vingt-sept ans. Quand il meurt en 1827, Charles n’a que cinq ans. Cet homme lettré, épris des idéaux des Lumières et amateur de peinture, peintre lui-même, laisse à Charles un héritage dont il n’aura jamais le total usufruit. Un an plus tard, sa mère se remarie avec le chef de bataillon Jacques Aupick. C’est à l’adolescence que le futur poète s’opposera à ce beau-père interposé entre sa mère et lui.

S’il va haïr le général Aupick, c’est sans doute que celui-ci s’opposera à sa vocation. C’est surtout parce que son beau-père lui prenait une partie de l’affection de sa mère. En 1831, le lieutenant-colonel Aupick ayant reçu une affectation à Lyon, le jeune Baudelaire est inscrit à la pension Delorme et suit les cours de sixième au Collège royal de Lyon. Baudelaire mène une vie en opposition aux valeurs bourgeoises incarnées par sa famille. Il passe son baccalauréat au lycée Saint-Louis en fin d’année et est reçu in extremis. Portrait présumé de Jeanne Duval par Constantin Guys. De retour à Paris, Charles s’éprend de Jeanne Duval, une  jeune mulâtresse  avec laquelle il connaîtra les charmes et les amertumes de la passion.

Dandy endetté, il est placé sous tutelle judiciaire et mène dès 1842 une vie dissolue. Il commence alors à composer plusieurs poèmes des Fleurs du mal. Louis Ménard, où il goûte à la confiture verte. 1840 durant sa relation avec la prostituée Sarah la Louchette. Comme De Quincey avant lui, l’accoutumance lui fait augmenter progressivement les doses.

En dandy, Baudelaire a des goûts de luxe. Ayant hérité à sa majorité de son père, il dilapide la moitié de l’héritage en 18 mois. En outre, le dandy doit lui rendre compte de ses faits et gestes. Dessin de Courbet pour Le Salut public, 1848. En 1848, il participe aux barricades. Peint en 1844 par Émile Deroy. Baudelaire se voit reprocher son style d’écriture et le choix de ses sujets.