Le corps obèse : Obésité, science et culture PDF

Thème 1 – Énergie et cellule le corps obèse : Obésité, science et culture PDF. Exercice 0 : sujet BAC, juin 2013 – METROPOLE. Elysia chlorotica est un mollusque vivant le long de la côte atlantique nord-américaine.


Être obèse, être une personne obèse, souffrir de la maladie qu’est l’obésité : trois faces d’un même problème que les médecins explorent de manière conjointe avec les acteurs du monde culturel (écrivains, peintres…). Le résultat de ces explorations tend à enfermer l’obèse dans l’espace clos des représentations, lui déniant du même coup le statut d’un monde autonome et agissant. Les différentes lectures de l’obèse qui sont ici passées en revue, depuis l’outil qui sert les romanciers jusqu’à l’encartage propre aux différentes catégories de la médecine (médecine des essences et médecine anatomo-clinique, décrites par Michel Foucault), sont enchevêtrées et toutes placées sous l’auvent du relativisme. Et prétendre guérir l’obèse, c’est aussi et même d’abord le représenter, fût-ce en le plaçant sur une table d’opération, ou plus banalement en prétendant le mesurer. Décrire l’obèse, c’est de toutes parts l’assigner, le sommer, exercer sur lui l’emprise du corps social. La technoscience n’est pas en reste, qui pourtant revitalise le lien délité créé par l’observation prétendument objectivante. Restaurer la dimension d’être-souffrant (d’être-vivant tout simplement) de l’obèse, c’est faire le détour par sa temporalité. Le corps de l’obèse (corps du pauvre, corps du monstre…) est un corps que l’on récite, que l’on met en intrigues, que l’on anticipe et qui se décline lui-même, alors en fait qu’il n’est que  » l’ensemble des possibilités que nous avons sur le monde « . Convertir le regard et faire que ce corps qui n’en peut mais puisse se déprendre de cette mainmise, tel est le but principal de ce livre.

Dénué de coquille, son corps arbore une couleur verte identique à celle des algues parmi lesquelles il se camoufle. A leur naissance, les jeunes limaces sont brunes. Puis elles consomment l’algue Vaucheria litorea , et leur corps change de couleur, virant progressivement au vert, couleur qu’elles garderont toute leur vie. Parallèlement, un phénomène accompagne cette transformation : une fois ce repas terminé, elles peuvent rester plusieurs semaines, voire plusieurs mois, sans manger de nouveau. D’après Rumpho M E et al. Les chercheurs ont étudié les échanges d’O 2 des mollusques durant leur vie.

Le document présente les résultats obtenus. La diminution des réserves de carburants fossiles rend nécessaire le développement de nouvelles sources d’énergies, notamment, la production de biocarburants. Donner les arguments qui conduiraient à privilégier l’une des cultures présentées. Des algues vertes unicellulaires dotées de chloroplastes sont cultivées dans différents milieux. L’absorbance est la mesure de l’absorption d’un faisceau lumineux par la suspension d’algues. Cette valeur est proportionnelle à l’abondance des algues.

Des algues vertes unicellulaires sont placées dans un bioréacteur éclairé contenant un milieu nutritif adéquat pour que se réalise la photosynthèse. On leur fournit du CO 2 radioactif. Résultats de l’expérience de Calvin: Des chromatographies sont réalisées à partir des constituants des algues puis leur radioactivité est révélée. Le chromatogramme ci-dessous montre les composés radioactifs obtenus, lorsque les algues sont mises en contact avec le CO 2 radioactif durant 5 secondes. Tous ces composés radioactifs sont des molécules organiques.