Le droit du sport – 3e éd.: Connaissance du droit PDF

Cet article est une ébauche concernant le sport. Statue du discobole dans les jardins botaniques de Copenhague. Photographie de l’équipe de basball de Philadelphie en 1884. Le droit du sport – 3e éd.: Connaissance du droit PDF’Histoire du sport est un champ de l’étude historique qui se concentre sur l’évolution des pratiques sportives.


Le droit du sport est un livre pour curieux. Pour ceux peu familiers du droit qui veulent mieux connaître le monde du sport et les rapports qu’il entretient avec le droit. Pour ceux, aussi, pour qui le droit est leur quotidien et qui découvrent avec méfiance ou intérêt la prolifération d’écrits, de formations, de colloques sous l’appellation « droit du sport ».
Cet ouvrage dévoile une multitude d’organismes enchevêtrés et hiérarchisés qui encadrent les activités sportives, leur organisation et leur pratique. La pratique sportive est soumise à une grande diversité de règles d’origines différentes qui dessinent des ordres juridiques distincts, privés et publics : des ordres juridiques d’État et des ordres juridiques du sport dont les relations prennent fréquemment les traits d’un « pluralisme juridique positif organisé ».
Cette troisième édition, qui puise dans les évolutions législatives et jurisprudentielles récentes, permettra de pénétrer le « droit du sport » en délivrant une vision générale, avec cependant un degré de précisions et d’argumentations suffisant pour nourrir la réflexion et susciter des objections.

Jean-Pierre Karaquillo, agrégé de droit privé, est professeur à l’Université de Limoges. Il est cofondateur et directeur du Centre de droit et d’économie du sport, membre du Tribunal arbitral du sport, vice-président de la Chambre arbitrale du CNOSF et avocat.

L’homme ayant un goût presque inné pour le jeu, il est assez logique de retrouver des pratiques de ce type sous toutes les latitudes et à toutes les époques. L’historien du sport qui a la charge ces études est avant tout un historien. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Pierre de Coubertin son statut de père du sport français. Aux États-Unis, Harold Seymour pose à la fin des années 1950 les bases de l’étude moderne du sport en étudiant dans le cadre universitaire, à Cornell de surcroit, les débuts du baseball. Américains et Canadiens sont les premiers à se structurer en matière d’histoire du sport. Les Britanniques emboîtent le pas aux Nord-Américains à partir des années 1970.

Cette publication stimule une première vague de recherches en France mais cette dernière se cantonne trop souvent au seul champ du sport scolaire. En France, une voie nouvelle s’est ouverte depuis peu sur l’enracinement médiéval du sport. Angleterre au sein de la bourgeoisie. Cette vision historique ouvre une brèche dans un édifice construit sur la base des travaux de Norbert Élias. Outre cet apport en rupture avec la doxa répandue, une partie de sa thèse s’emploie à démontrer que les rencontres sportives médiévales sont des supports de communication de premier ordre, préfiguration des Jeux Olympiques modernes.

The Historiography of American Sport , par Steven A. Une histoire des origines à nos jours. Cet ouvrage décrit plus de 3000 sports et indique une bibliographie sommaire pour chacun d’eux. Sébastien Nadot, Le spectacle des joutes. Histoire du sport en France, 2 tomes, Paris, Vuibert, 2007.