Le problème de physique au baccalauréat. Classe de première. PDF

De le problème de physique au baccalauréat. Classe de première. PDF’école au collège : quels changements ? Que faire après la seconde ? Que faire après le baccalauréat ?


Les dispositions du présent arrêté entrent en application à la rentrée de l’année scolaire 2011-2012. Le directeur général de l’enseignement scolaire est chargé de l’exécution du présent arrêté qui sera publié au Journal officiel de la République française. Les objectifs et les démarches de l’enseignement de physique et chimie du tronc commun des séries STI2D et STL se situent dans le prolongement de l’initiation aux sciences physiques et chimiques entreprise au collège puis en classe de seconde. Dans les séries technologiques STI2D et STL, les programmes d’enseignement privilégient une approche thématique ouverte sur les réalités contemporaines, permettant d’articuler les connaissances et les capacités fondamentales en les contextualisant. Complémentairement, une mise en perspective historique fournit l’occasion de faire ressortir comment les allers-retours entre la technologie et les sciences physiques et chimiques ont permis de formidables inventions, découvertes et innovations scientifiques et technologiques.

Celles-ci ont conduit à la réalisation de progrès techniques tout autant que de grandes avancées intellectuelles dans l’intelligibilité du monde réel. De même que la science n’est pas faite de vérités intangibles et immuables, la technologie est en perpétuelle évolution. Elle établit un rapport critique avec le monde réel, où les observations sont parfois déroutantes, où des expériences peuvent échouer, où chaque geste demande à être maîtrisé, où les mesures – toujours entachées d’erreurs aléatoires quand ce ne sont pas des erreurs systématiques – ne permettent de déterminer des valeurs de grandeurs qu’avec une incertitude qu’il faut pouvoir évaluer au mieux. L’élève doit porter un regard critique sur les résultats en identifiant les sources d’erreurs et en estimant l’incertitude sur les mesures. Ainsi, l’approche expérimentale ne peut se concevoir que si les conditions indispensables à une activité concrète, authentique et en toute sécurité sont réunies. La pratique scientifique nécessite l’utilisation d’un langage spécifique.