LE VASE D’OR. LE VIOLON DE CREMONE. LE CHEVAL PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Pour explorer les subtilités de l’art, il entreprit un jour de faire son autoportrait, en se regardant dans un de ces miroirs de coiffeur, de ceux en LE VASE D’OR. LE VIOLON DE CREMONE. LE CHEVAL PDF convexe.


D’après les archives du baptistère de Parme, Parmigianino est né le 11 janvier 1503. Il est le huitième d’une famille de neuf enfants et fut baptisé au baptistère deux jours après sa naissance. Ses oncles paternels, Pier Ilario et Michele, étaient également peintres. Filippo, qui survint selon Vasari en 1505, ils prennent soin de Francesco et le dirigent vers l’étude du dessin et de la peinture.

Vasari le considère déjà comme un peintre autonome quand il est encore adolescent, en soutenant que  à l’âge de seize ans, après avoir fait des miracles en dessin, il fit un tableau de son invention, un Saint Jean baptisant le Christ, qu’il mena d’une façon telle, qu’encore qui le voit reste étonné qu’un garçon eût conduit si bien une telle chose. La tradition l’attribue à Parmigianino âgé de quatorze ans. Les vicissitudes de ce Baptême de Christ, daté à peu près de 1519, sont chaotiques. Lors de la destruction de l’église de la Nunziata, le tableau est sauvé et déplacé vers une autre église appartenant à la même confrérie des Zoccolanti qui le vendent en 1706 au comte Carlo de la famille Sanvitale. Il lui est encore attribué par l’Allemand Voss en 1923, mais aujourd’hui sa paternité est contestée par la plupart des spécialistes, dont certains n’y voient même pas la main d’un peintre italien. Zoccoli, et l’autre, un Mariage de sainte Catherine , comportant beaucoup de figures, à San Pietro.

Et personne ne doit croire que celles-ci sont des œuvres d’un jeune débutant mais bien celles d’un  vieux maître . Le château des Landi à Bardi. Le panneau du Saint François est perdu, tandis que le Mariage mystique de sainte Catherine et les saints Jean-Baptiste et Jean l’Évangéliste, volé dans l’église de San Pietro di Viadana en 1630, a été reconnu et se trouve conservé encore à Bardi, près de Parme, dans l’église de Santa Maria. Mariage mystique de Bardi dont le dessin est conservé au musée Bonnat-Helleu de Bayonne. 21 novembre Parmigianino collabore avec Le Corrège, Rondani et Michelangelo Anselmi aux décorations de l’église de Saint-Jean-l’Évangéliste. Le Corrège y réalisa entre 1520 et1524 : l’Assomption de la Vierge sur la coupole du Duomo. Il est établi maintenant que les interventions du Parmesan se trouvent dans la première, la deuxième et la quatrième chapelle du côté gauche de la nef de l’église.

Dans la deuxième chapelle, il a peint Deux diacres en lecture, le présumé San Vitale ou peut-être San Seconde, les Angelots et Animaux et une fresque monochrome dans l’intrados de la chapelle. La décoration de la quatrième chapelle est confiée le 27 février 1515 à ses oncles paternels Michele et Pier Ilario, mais l’insolvabilité du propriétaire de la chapelle, Nicolò Zangrandi, retarde les travaux qui ne commencent qu’en 1522 et qui sont confiés, cette fois-ci, au Parmesan, comme le montre un examen stylistique. Dans la même coupole peinte par Le Corrège on a reconnu dans un Putto porte-feston la main du Parmesan. La forteresse de la famille Sanvitale à Fontanellato.