Les mouvements dans la peinture PDF

Depuis le 01 janvier 2014, le justificatif au format PDF, se substitue au témoin papier. Ce témoin unitaire reprend les informations publiées au JOAFE dans des conditions de nature à garantir son les mouvements dans la peinture PDF par une signature électronique et une accessibilité permanente et gratuite.


Conçu comme un guide, cet ouvrage présente la peinture occidentale à travers tous les mouvements et groupes qui l’ont constituée, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours.

Guide pratique utilisable par tout lecteur qui souhaite parvenir à identifier lui-même les courants picturaux, les Mouvements dans la peinture permet une initiation à l’histoire de l’art avec une progression chronologique.

Chaque courant fait l’objet d’une fiche synthétique décrivant :
– le contexte historique de sa création
– ses caractéristiques techniques (sujet, support, matériaux, tracé, couleur, etc)
– les artistes qui le représentent

Chaque mouvement est illustré par une œuvre clé qui réunit toutes ses spécificités picturales.

Avec également une bibliographie pour aller plus loin dans la connaissance du sujet.

Vous consultez sur ce site, d’une part le texte de toutes les annonces parues au Journal officiel des associations loi 1901, associations syndicales de propriétaires, fondations d’entreprise, fonds de dotation et fondations partenariales et d’autre part les comptes annuels des associations, fondations et fonds de dotation. Un exemple de grande composition dans un plafond de Tiepolo : tous les personnages sont placés sur des cercles et des ellipses qui se resserrent vers le soleil et Apollon, au centre. Les règles de composition géométrique sont appelées aussi  art des diagonales . La dénomination a été popularisée par Paul Sérusier, en 1921, mais on la trouve dans des traités plus anciens d’architecture. Un exemple d’utilisation par William Turner : le bateau est situé à l’intersection de la ligne d’horizon, de la diagonale ascendante du format et de la verticale du grand mat.

Le côté vertical du carré absorbé par le format est qualifié de  ligne de force . En traçant un carré, puis en rabattant le rayon obtenu du milieu d’un côté d’un coin sur le même côté, on obtient un rectangle dont les proportions sont telles que le petit rectangle augmentant le carré initial comporte aussi, entre ses côtés, la même proportion dite nombre d’Or, soit approximativement 1,618. M, mais le passage des anciennes mesures au système métrique a nui à cette formule. Sa légende mythologique et symbolique vient aussi du fait que l’on dessine un irrationnel qui gagne une décimale à chaque agrandissement du dessin, ce qui a fasciné les mathématiciens. Chez Cézanne, l’organisation du tableau est soulignée par l’utilisation des verticales et des horizontales sur le mur du fond.

Ce sont les lignes qui dirigent l’organisation spatiale du tableau et construisent l’équilibre de l’image. La pyramide : elle établit une hiérarchie, celui qui est à la pointe est le plus important. Le vide et le plein : ils sont importants l’un comme l’autre, car ils jouent un rôle de mise en valeur. Le vide a, lui, une fonction de  silence . Les intersections entre les différentes lignes de force sont nommées  points de force  ou  centres . C’est le centre d’intérêt où convergent les lignes de force. Il est recommandé qu’il ne soit pas au centre géométrique du tableau.

Un aperçu chez Monet : en coupant verticalement en deux le tableau, on obtient en bas deux carrés égaux alignés sous la ligne d’horizon. Tracer une horizontale parallèle à la longueur de manière à obtenir deux carrés joints. Cette horizontale est systématiquement la ligne d’horizon chez les impressionnistes. Diviser le format en quatre parties égales, puis tracer les grandes diagonales du format et les petites diagonales des 4 rectangles obtenus, de manière à obtenir un losange. L’ensemble donne une composition centrée où tous les éléments sont également répartis. Procédé utilisé par David, Gros ou Courbet.