Les parasites de la vigne : Stratégies de protection raisonnée PDF

Elle est d’autant plus nécessaire que les plantes cultivées sont le plus souvent des variétés sélectionnées en vue d’améliorer leur rendement et la les parasites de la vigne : Stratégies de protection raisonnée PDF des produits recherchés. La défense des cultures, particulière qui concerne l’agriculture, mais également l’horticulture et la sylviculture, se traduit par diverses stratégies de lutte, des pratiques culturales et des législations locale et régionale.


Cet ouvrage pratique, illustré de 381 photographies en couleurs, rassemble les connaissances les plus récentes sur les parasites de la vigne et propose des moyens pour mettre en place des techniques de protection raisonnée du vignoble, respectueuses de l’environnement. Pour chaque famille de parasites – insectes, acariens, nématodes, vertébrés, mollusques, champignons, bactéries, phytoplasmes et virus – sont décrits : les différentes étapes du développement, le cycle annuel, l’influence des facteurs externes, les symptômes et les dégâts, les méthodes pratiques pour le suivi du cycle et l’évaluation de l’importance du ravageur, les moyens de protection. Ce livre s’adresse à tous les viticulteurs, vignerons et techniciens viticoles, ainsi qu’aux ingénieurs agronomes, étudiants et enseignants en viticulture/œnologie.

L’apport de nouvelles pratiques culturales est développé pour la pérennité des milieux agricoles. Article détaillé : Lutte contre les ravageurs. L’objectif de la gestion des ennemis des cultures, ou bioagresseurs, est de limiter les pertes économiques causées par eux, ce qui peut inclure, mais pas systématiquement, la limitation des dégâts ou symptômes observés et la limitation des pertes de récolte. En effet, dans certains cas, les dégâts observés n’entraînent par de perte de récolte.

La gestion des bioagresseurs fait appel à plusieurs types de techniques. Les techniques de contrôle ont un but prophylactique. Elles incluent le contrôle cultural, qui vise à modifier le système de culture, et le contrôle génétique qui consiste dans le choix de variétés résistantes ou tolérantes aux bioagresseurs. Des méthodes peuvent être utilisées pour agir sur le stock initial de bioagresseurs.