Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance PDF

Elle fait partie des poètes en activité à Lyon pendant la Renaissance. Jacques Humbert dit Labé ou L’Abbé. Pierre Charly, alias Pierre Labé, se remaria, et c’est de ce mariage que naquit Louise Labé. Lyon et aurait trouvé dans la fortune de son mari un moyen de satisfaire sa passion pour les lettres : dans un temps où les livres lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance PDF rares et précieux, elle aurait eu une bibliothèque composée des meilleurs ouvrages grecs, latins, italiens, espagnols et français.


Variété, diversité, bigarrure de  » langages ruraux « , telles sont, dans les années 1530, les caractéristiques essentielles du paysage linguistique français. Selon Charles de Bovelles, on
trouve alors en France  » autant de coutumes et de langages humains que de peuples, de régions ou de villes « . Certes, ce que nous appelons aujourd’hui le français existe, mais à l’état latent. Il doit, pour se faire entendre, rivaliser non seulement avec les dialectes provinciaux, mais aussi avec ces langues modèles que sont le latin et l’italien. Le présent ouvrage montre de quelle façon, sous l’impulsion
d’une politique orchestrée par le pouvoir royal, les
grammairiens, les linguistes, les écrivains et les poètes de la première moitié du XVIe siècle, Lemaire de Belges, Rabelais, Tory, Marot, Dolet, Peletier, tous  » facteurs  » et  » champions  » du  » Gallique hemisphere « , tous aussi Lyonnais de cœur ou d’adoption, sont, bien avant Du Bellay
et Ronsard, parvenus à  » ordonner « ,  » decorer  » et  » illustrer  » la langue française, à faire de celle-ci une véritable langue de culture. Une langue qui, au XVIIIe siècle, sera parlée de toute l’Europe.

Elle écrit des poèmes à une époque où la production poétique est intense. Sa culture est aussi celle de la Renaissance italienne. Louise Labé est-elle le type même de la femme cultivée, connaissant le latin et l’italien, la musique et l’équitation, et tenant à Lyon un salon fréquenté ? Ou faut-il la considérer selon V. On ne connaît que très peu d’éléments de sa vie. Ceux que l’on peut lire sont parfois le fruit de l’imagination des critiques à partir de ses écrits : Louise Labé chevalier, Louise Labé lesbienne, Louise Labé lyonnaise, Louise Labé prostituée, etc. Daniel Martin conteste que le retrait de Jacques Peletier des Escriz dénonce une supercherie.

Jean de Tournes : il était aux premières loges pour avoir connaissance d’un projet aussi hardi de mystification. Il fait en outre remarquer que, dans ses Opuscules, il publie un texte à la louange de Louise Labé. Aucun des arguments avancés n’emporte une conviction absolue. Ce poème figure dans le recueil Les Élégies et sonnets publié en 1555 et qui comprend notamment 24 sonnets. La vie m’est et trop molle et trop dure. J’ai grands ennuis entremêlés de joie. Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Sans y penser je me trouve hors de peine. Il me remet en mon premier malheur. Et si ne puis assez louer Louïze. Gallimard,  Bibliothèque de la Pléiade , Éditions NRF, 1969.

Sonnets, Élégies, Débat de Folie et d’Amour, édition de François Rigolot, Paris, Flammarion,  GF , 1986. Louise Labé, Œuvres complètes: Sonnets, Elegies, Débat de folie et d’amour, édition de François Rigolot, Paris, Flammarion,  GF , 2004. Théâtre de femmes de l’Ancien Régime, vol. 1, XVIe siècle, Saint-Etienne, Publications de l’Université, 2006 .

Georges Tricou, Louise Labé et sa famille, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, V, 1944. Madeleine Lazard, Louise Labé Lyonnaise, Paris, Fayard, 2004. Louise Labé 2005, études réunies par Béatrice Alonso et Eliane Viennot, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2004. Daniel Martin, Isabelle Garnier-Mathez, Louise Labé. Débat de Folie et d’Amour, Élégies, Sonnets, Neuilly, Atlande, 2004.