Sortir de la crise globale PDF

Tableaux des ressources et des emplois Le tableau entrées-sorties Le tableau entrées-sorties est une présentation du système de production mettant en évidence les relations entre les produits et les sortir de la crise globale PDF de l’économie. Une branche est un regroupement d’unités élémentaires de production.


Les soubresauts qui secouent l’économie mondiale depuis l’été 2007 ont remis en cause la vulgate économique dominante. Malgré tout, accrochés à leurs certitudes, la plupart des analystes n’y voient qu’une crise liée aux excès de la finance. Les remèdes généralement proposés sont une meilleure régulation des acteurs financiers et la poursuite des  » réformes « , notamment celles visant à flexibiliser le marché du travail afin d’améliorer la compétitivité de nos économies.
Attac présente dans ce livre un diagnostic et des propositions radicalement différents. Bien plus qu’un dérèglement financier, cette crise est systémique et globale. Elle marque l’effondrement du capitalisme financier et l’échec des politiques néolibérales : l’exacerbation de sa logique du profit pour une accumulation sans fin a conduit le capitalisme mondialisé à sacrifier les deux piliers dont il ne peut se passer : l’homme et la nature.
Au-delà des seuls militants et sympathisants d’Attac, ce livre s’adresse à celles et ceux qui s’interrogent et se révoltent face à la crise. Il démonte ses différentes dimensions (financière, économique, sociale, écologique et politique). Il présente les propositions d’Attac et du mouvement altermondialiste pour sortir de la crise globale, rompre avec l’ordre néolibéral, et construire un autre monde solidaire et écologique.

Les comptes nationaux français utilisent les branches homogènes si bien qu’ils ne décomposent pas la production par branches dans la matrice des ressources. En effet, du fait de la correspondance biunivoque entre branches homogènes et produits, la ventilation par produits est suffisante. Dans les pays qui utilisent les branches d’activité, la production sera ventilée par branches d’activité et par produits car une même branche d’activité peut avoir plusieurs produits. Le choix des nomenclatures Une difficulté pour l’analyse du système productif est la détermination du niveau de finesse auquel il est pertinent de travailler. Un niveau trop fin nécessite de travailler avec des tableaux énormes difficiles à utiliser et, surtout, les données utilisées risquent d’être trop imprécises car, en statistique, l’imprécision s’accroît avec le niveau de détail.

L’analyse des relations entre branches Pour simplifier l’exposé, nous supposerons que les comptables nationaux ont défini trois branches homogènes : l’agriculture, l’industrie et les services. Au niveau national, il est intéressant de montrer les relations entre ces trois branches. Chacune des branches utilise pour sa consommation intermédiaire des produits provenant des autres branches. Ces relations peuvent être montrées dans un tableau de synthèse faisant apparaître pour chaque branche la nature des consommations intermédiaires.

Dans ce tableau les colonnes correspondent aux branches et les lignes aux produits. Si nous considérons la ligne « Industrie », 200 est la consommation intermédiaire en produits de l’industrie par la branche agriculture, 500 la consommation intermédiaire en produits de l’industrie par la branche industrie, 300 la consommation intermédiaire en produits de l’industrie par la branche des services, 1000 le total de la consommation intermédiaire en produits de l’industrie de l’ensemble de l’économie. Ce tableau peut être complété par deux autres pour faire apparaître l’ensemble du compte de biens et services. Ainsi, à gauche nous pouvons ajouter un tableau montrant les ressources du compte de biens et services, c’est-à-dire la production, les importations, les impôts moins les subventions sur les produits. Pour simplifier la présentation de notre exemple numérique, nous supposerons qu’il n’y a ni impôts ni subventions sur les produits.

A droite, nous pouvons ajouter un tableau montrant les différents emplois finals, c’est-à-dire la consommation finale, la formation brute de capital fixe, les variations de stocks, les acquisitions de biens de valeur et les exportations. Pour simplifier la présentation nous négligerons les variations de stocks et les acquisitions de biens de valeur. Ce tableau est directement tiré des travaux de l’économiste W. Léontieff qui avait publié en 1939 un tableau similaire présentant le système de production des Etats-Unis.