Windows PowerShell : Guide de référence pour l’administration système PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. SQL pour cause de conflit de marque déposée. Développée chez IBM en 1970 par Donald Chamberlin et Raymond Boyce, cette première version a été conçue pour manipuler et éditer des données stockées dans la base de données windows PowerShell : Guide de référence pour l’administration système PDF à l’aide du système de gestion de base de données IBM System R. SQL était censé alors devenir un élément clé du futur projet FS.


« Ce livre sur Windows PowerShell s’adresse à un large public d’IT Pros, débutants comme confirmés. Les premiers découvriront toutes les notions essentielles pour bien démarrer, et ce d’une manière ordonnée et progressive dans la difficulté, les seconds trouveront de nombreux détails avancés et conseils d’expert pour se perfectionner et aller encore plus loin dans la réalisation de scripts de qualité professionnelle. À travers les 8 premiers chapitres, le lecteur découvrira PowerShell sous toutes ses facettes : de la simple utilisation de l’interpréteur de commandes aux techniques de scripting les plus avancées. Toutes les notions essentielles sont traitées : boucles, opérateurs, types de données, gestion des fichiers et des dates, manipulation et création d’objets personnalisés, sécurité, utilisation et création de modules, etc. Le chapitre sur la technologie .NET montrera que l’usage de PowerShell est pratiquement sans limites et présentera la création d’interfaces graphiques avec les technologies Windows Forms et Windows Presentation Foundation (WPF). Puis, le chapitre consacré aux technologies dites de « remoting » autorisant l’exécution de commandes et de scripts PowerShell à distance expliquera comment bien aborder ces aspects et distillera de précieux conseils sur le paramétrage et les pièges à éviter. Dans le chapitre suivant le lecteur apprendra à maîtriser le jeu de commandes PowerShell apporté par le rôle Active Directory Domain Services de Windows Server 2012. Enfin, les derniers chapitres lui permettront de mettre en uvre PowerShell dans le monde de l’administration système au travers de nombreux cas concrets d’utilisation en entreprise et de découvrir les outils et acteurs les plus importants de l’écosystème Windows PowerShell. Parmi les nombreux exemples traités dans le livre, tirés de problématiques réelles, vous apprendrez comment : lister les comptes périmés d’un domaine – créer des utilisateurs par lots – surveiller les journaux d’événements – changer le mot de passe administrateur des machines d’un domaine – générer des rapports d’inventaires – gérer la configuration réseau d’ordinateurs à distance – générer des mots de passe – interagir avec des applications telles que Word et Excel – créer des modules afin de penser réutilisabilité et pouvoir partager facilement son travail – et bien d’autres… Des éléments complémentaires sont en téléchargement sur le site www.editions-eni.fr et sur le site de la communauté PowerShell francophone : PowerShell-Scripting.com. Les chapitres du livre : Avant-propos – Introduction – à la découverte de PowerShell – Fondamentaux – Gestion des fichiers et des dates – Modules et Snap-ins – Maîtrise du Shell – Concepts avancés – Gestion des erreurs et débogage – La sécurité – .NET – Objets COM – Technologies CIM et WMI – Exécution à distance – Manipulation d’objets annuaire avec ADSI – Module Active Directory – Collecte de données de performance – études de cas – Ressources complémentaires – Conclusion – Annexes »

SQL, rapidement imité par d’autres fournisseurs. ANSI puis adopté par l’ISO en 1987. Le dernier brouillon de la norme est disponible sur wiscorp. SGBD pour lui transmettre des instructions en langage SQL. Ces programmes utilisent des composants logiciels tels que ODBC ou JDBC.

SQL sont enregistrées dans la base de données en vue d’être exécutées par le SGBD. Les instructions SQL s’écrivent d’une manière qui ressemble à celle de phrases ordinaires en anglais. C’est un langage déclaratif, c’est-à-dire qu’il permet de décrire le résultat escompté, sans décrire la manière de l’obtenir. Les instructions de manipulation du contenu de la base de données commencent par les mots clés SELECT, UPDATE, INSERT ou DELETE qui correspondent respectivement aux opérations de recherche de contenu, modification, ajout et suppression.

Les mots clés GRANT et REVOKE permettent d’autoriser des opérations à certaines personnes, d’ajouter ou de supprimer des autorisations. Tandis que les mots clés COMMIT et ROLLBACK permettent de confirmer ou annuler l’exécution de transactions. La syntaxe de SQL fait l’objet de la norme ISO 9075. Cette norme laisse la possibilité aux producteurs de SGBD d’y ajouter des instructions spécifiques et non normalisées. Ces différences font qu’un code source écrit sans précautions pour un SGBD donné ne fonctionnera pas forcément avec un autre SGBD.

MERGE Combine les données de plusieurs tables. C’est la combinaison de INSERT et UPDATE. Il peut être nommé UPSERT, INSERT OR REPLACE INTO, ou encore INSERT ON DUPLICATE KEY UPDATE dans certains moteurs de base de données. Le mot-clef NULL fut introduit dans SQL pour exprimer les informations manquantes dans le modèle relationnel.